Censure Internet en Iran

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Censure Iran

Censure Internet iranien

La répression à l’encontre des blogueurs semble avoir diminué. Le filtrage du Réseau s’est par contre intensifié et l’Iran se targue aujourd’hui de filtrer 10 millions de sites “immoraux”. Car la censure iranienne, qui touche un sommet actuellement avec la mise en place d’un vaste intranet coupé du réseau mondial, baptisé “réseau de données national”. Les sites pornographiques, politiques ou traitant de religion sont particulièrement visés. Les censeurs semblent avoir concentré leurs efforts sur les publications traitant des droits des femmes. Depuis plus d’une dizaine d’années, la république islamique limite de plus en plus strictement l’accès aux sites occidentaux, sous prétexte qu’ils ne respectent par les valeurs de l’islam. Les autorités iraniennes bloquent régulièrement l’accès aux réseaux sociaux, en particulier Twitter et Facebook. La volonté de censure s’est beaucoup accrue depuis les grandes manifestations de juin 2009 qui contestaient la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad.

Censure Internet en Iran

Censure Internet en Iran

Selon la loi iranienne, les plateformes iraniennes produisant du contenu sont tenues pour responsables de la moindre phrase écrite sur leur portion du réseau, y compris dans les commentaires des internautes. C’est ce qui permet de censure à la source voire même de terroriser tout internaute à la parole trop libre de s’autocensurer. Des logiciels de filtrage développés en Iran sont utilisés pour renforcer le blocage du réseau Internet de manière efficace. Les critères de censure sont définis par un comité, en charge de déterminer les sites non autorisés. Les autorités ont par ailleurs récemment décidé d’interdire les connexions à haut débit en Iran. Une mesure qui s’explique officiellement par un souci de ne pas surcharger le réseau iranien, qui est de très mauvaise qualité. Mais il ne faut pas être dupe et cette limitation peut s’interpréter comme une volonté de bloquer au maximum les produits culturels occidentaux films et chansons téléchargés sur Internet. La situation de la Censure Internet en Iran ne s’améliore pas.

Nouveau filtrage Internet en Iran

L’Iran déploie un nouveau système de contrôle d’internet avec un projet lancé début 2013 qui permet de filtrer certains contenus des réseaux sociaux et non plus de bloquer complètement des sites. Cette censure Internet en Iran sera opérationnelle d’ici six mois, a annoncé vendredi le ministre iranien des Télécommunications.
“La première phase du filtrage intelligent de l’internet sera prêt d’ici un mois. La deuxième phase le sera d’ici trois mois, et la troisième phase d’ici six mois”, a déclaré Mahmoud Vezi, le ministre iranien des Télécommunications. Les déclarations peu surprenantes de M. Vezi interviennent dans un contexte tendue après une mise en demeure d’un comité chargé de surveiller le contenu du web. Mission lui est donné pour contrôler le réseau de partage de photos Instagram d’ici eux mois, sous peine de bloquer l’un des rares réseaux sociaux accessibles dans le pays. En septembre, la justice iranienne avait donné un mois au gouvernement pour interdire les réseaux de communications gratuits Viber, Tango et Whatsapp. Cette demande faisait suite à l’indignation de responsables du pouvoir iranien après des messages insultants envers des responsables de la République islamique.

Censure de Wikipédia

Le régime iranien filtre l’encyclopédie ne ligne Wikipédia. Sur les 317 000 articles en persan que compte Wikipédia, les quelque 963 pages bloquées par le régime donnent ainsi une image assez fidèle des démons de l’Iran : les sujets liés à la sexualité, aux LGBT, aux Droits de l’Homme sont systématiquement inaccessibles, ainsi que certains sujets politiques - les réformistes, ceux en opposition avec les valeurs du régime, mais aussi toutes les mentions du mouvement de protestation autour des élections. Un mouvement que l’on avait qualifié de “première révolution Twitter”, avant de s’apercevoir que la plupart des tweets de soutien émanaient de la diaspora iranienne dans le monde entier et non des locaux, massivement privés d’accès au réseau.

Contourner la censure en Iran avec un VPN

VPN IranLe filtrage mis en place par le pouvoir est contourné par de nombreux Iraniens. Un internaute iranien se connecte beaucoup à Internet à partir de son téléphone portable. Grâce à l’usage d’un VPN, il consulte quotidiennement ses comptes Facebook, Youtube, Wikipédia ou Gmail. On peut acheter librement en Iran, auprès des marchands de rue ou tout simplement sur Internet. En Iran le VPN est relativment bon marché il est possible de trouver pour 2 000 à 3 000 tomans, c’est à dire l’équivalent de moins de 2 euros des services VPN , qui permettent de contourner la censure et d’accéder à des sites officiellement bloqués. Ces outils, baptisés “VPN Sepah”, pour “Sepah pasdaran”, les gardiens de la révolution, sont largement perçus par les Iraniens comme sous surveillance. Ce qui ne les empêche pas de se vendre très bien. Le VPN est un outil parfaitement adapté au contournement de la censure en Iran.

http://vpndock.com/contourner-censure-en-iran/

L’union européenne a récemment rappelé que les sanctions à l’encontre de l’Iran ne pouvaient se contenter de punir la prolifération nucléaire, mais devaient également être appliquées contre les violations des droits de l’homme notamment par la censure d’Internet mais les choses évolue très lentement.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

3 Réponses à “Censure Internet en Iran”

  1. C’est vrai qu’on a deux sons de cloche en même temps. D’un côté Hassan Rohani semble vouloir mettre du mou dans la corde des internaute et de l’autre côté les autorités religieuses veulent plus de contrôle d’Internet. Les autorités bloquent régulièrement l’accès aux réseaux sociaux, en particulier Twitter et Facebook. Ces réseaux sociaux étaient massivement utilisés par les opposants pour mobiliser leurs partisans au moment des élections présidentielles c’est donc compliqué de laisser libre parole pour les forces là.
    D’autres sites considérés comme non-islamiques ou préjudiciables pour le régime, sont également bloqués et le restent.

  2. Ce qui se passe en Iran doit donc rester en Iran :)

  3. L’agence Reuters a rapporté sur la décision des autorités iraniennes de surveiller les huit millions de comptes Facebook du pays avec un logiciel de cyber surveillance et veilleront à ce que les autres réseaux sociaux n’affichent pas des contenus contraires à la morale islamique. La censure Internet en Iran se renforce. Mostafa Alizadeh a déclaré dans une interview télévisée diffusée le 2 février :
    « Nous contrôlons tous les réseaux sociaux. Les contrevenants qui ne pensent que le cyberespace est un espace sûr pour eux ont intérêt à cesser immédiatement leurs agissements. »
    L’avertissement est clair.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>