Censure Internet en Ouzbékistan

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Censure implacable en Ouzbékistan

Censure des libertés en Ouzbékistan

Censure des libertés en Ouzbékistan

La censure Internet en Ouzbékistan est forte. Les journalistes indépendants, pour la plupart des collaborateurs de media basés à l’extérieur du pays, font l’objet d’interrogatoires et de poursuites pour diffamation et trouble à l’ordre. La censure exercée par les autorités s’est encore raidie depuis la répression sanglante des manifestations prodémocratiques d’Andijan. Le gouvernement, dirigé d’une main de fer par le président Islam Karimov, bloque l’accès à la plupart des sites indépendants traitant de l’Ouzbékistan, souvent hébergés en Russie, ainsi qu’aux sites des ONG condamnant les atteintes aux droits de l’homme dans le pays.

Censure du Net

L’accès internet aux sites d’informations et aux radios indépendantes en ligne est bloqué, de même que certains mots clés et sujets sur les pages web individuelles. Les journalistes étrangers se voient refuser le visa et l’accréditation. Le Réseau Internet s’est développé et le nombre d’internautes ne cesse de croître dans le pays. L’Ouzbékistan compte plus d’utilisateurs de l’Internet que de propriétaires de téléphones mobiles. Pourtant, la diversité des opinions n’est pas de rigueur en Ouzbékistan.

La censure semble n’avoir aucune limite. L’Internet n’y échappe pas. Les sites du journal russe Russki reporter et de l’Institute for War and Peace Reporting sont dernièrement venus s’ajouter à la longue liste des adresses inaccessibles dans le pays. (…) les compagnies de téléphonie mobile ont reçu l’ordre de signaler instantanément toute circulation massive de messages SMS au contenu suspect. A tout moment, le pouvoir peut leur ordonner de couper l’accès aux réseaux internet (…) L’opposition politique a été réduite à néant. Les militants des droits de l’homme ne peuvent plus accéder au pays. En mars 2011, Human Rights Watch, présente envers et contre tout sur le terrain depuis 15 ans, a été obligée de fermer son bureau de Tachkent. L’ONG avait notamment fait état des tortures et des mauvais traitements, devenus monnaie courante dans les geôles ouzbèkes.

La seule solution pratique et performante pour vous permettre de contourner la censure internet en Ouzbékistan et de changer d’adresse IP. Les journalistes qui sont de passage dans ce pays sont obligés d’utiliser cette pratique pour préserver la confidentialité des données qu’ils veulent envoyer.

Manifestation anti censure en Ouzbékistan

Manifestation anti censure en Ouzbékistan

Des manifestations ont eu lieu en octobre 2014, dans 11 pays y compris en Suisse à Genève, pour braquer les projecteurs sur le cas de Dilorom et la pratique courante de la torture en Ouzbékistan.

«La torture en Ouzbékistan est une pratique généralisée et courante. Le gouvernement continue de mentir à ce sujet, plutôt que d’agir pour y mettre un terme. Cela doit cesser, a déclaré Maisy Weicherding, chercheuse sur l’Ouzbékistan à Amnesty International.»

Le gouvernement ouzbèke se sait actuellement en position de force. Alors qu’il tente de sortir de son isolement en attirant des investisseurs étrangers, il est conforté dans ses positions par les délégations d’entreprises étrangères qui continuent de le courtiser. Amnesty International continue de recevoir des informations confirmanat la situation alarmante dans ce pays où des personnes sont torturées et maltraitées par les forces de sécurité lors de leur arrestation et par les gardiens lors de leur détention.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Une réponse à “Censure Internet en Ouzbékistan”

  1. C’est inquiétant pour la liberté de parole.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>