L’Iran veut identifier tous les internautes iraniens

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Contrôle Internet en Iran

Le censure Internet en Iran se porte très bien. On vient d’apprendre que Téhéran prépare un système de contrôle pour filtrer les contenus jugés non-islamiques. Le régime y travaille depuis près de deux ans. Il s’agirait d’un accès sélectif et contrôlé des réseaux sociaux, plutôt que de recourir à un blocage total et massif de sites. M. Vaezi avait déjà annoncé il y a peu, le lancement prochain d’un système de contrôle d’internet permettant de filtrer certains contenus des réseaux sociaux et non plus de bloquer complètement des sites.

« À l’avenir, lorsque les personnes voudront utiliser l’internet, elles seront identifiées et nous connaîtrons l’identité de chaque internaute »
Mahmoud Vaezi, ministre des Télécommunications

Mi-novembre, M. Vaezi avait déjà annoncé le lancement prochain d’un système de contrôle d’internet permettant de filtrer certains contenus des réseaux sociaux et non plus de bloquer complètement des sites. D’autres sites considérés comme non-islamiques ou préjudiciables pour le régime sont également bloqués par le filtrage de la censure Internet iranien. Le président modéré Hassan Rohani, élu en juin 2013, prônait pourtant un assouplissement de la censure sur internet. Il s’agissait de prendre acte de logiciel et de technique utilisés par plus de 30 millions d’Iraniens qui sont nombreux à recourir à des logiciels de contournement de la censure tel que le VPN. Ce n’est pas la ligne politique qui est retenu, et l’on s’achemine vers un renforcement du contrôle d’Internet en Iran et non un assouplissement.

La situation de la liberté d’expression sur Internet en Iran se dégrade fortement. Une police de la cyber-criminalité est envisagée qui sera chargée de faire la chasse aux contenus illicites et aux blogs contestataires a également été créée afin de limiter la liberté d’expression en Iran. Plusieurs animateurs de ces blogs ont été arrêtés. En septembre, la justice iranienne avait ordonné l’interdiction des réseaux Viber, Tango et Whatsapp, après des messages jugés insultants envers des responsables iraniens. En novembre, un comité chargé de surveiller le contenu d’internet avait donné au gouvernement deux mois pour contrôler le réseau de partage de photos Instagram.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

8 Réponses à “L’Iran veut identifier tous les internautes iraniens”

  1. Cette information fait sans nul doute possible partie d’un cycle programmé et périodique lancé en pâture sur toute les chaines et les sites d’informations pour tenter de jeter le discrédit sur l’Iran. C’est mon avis. Il faut briser l’image ou salir l’image de l’Iran en expansion qui se relève que les criminels occupants et coloniaux de ce monde craignent beaucoup.

  2. L’Iran est vraiment traversé par des volontés contradictoires.

  3. A chacun ses problèmes : la liberté d’expression en Iran, Hadopi en France…

  4. ça parait logique vu la main mise religieuse

  5. C’est aussi surement le rêve du gouvernement français que d’identifier tout le monde sur Internet.

  6. La censure en Iran se développe. L’Iran a bien commencé à filtrer le site de partage de photos Instagram censurant ainsi les contenus jugés “offensants” selon un projet gouvernemental de contrôle sélectif des réseaux sociaux. Déjà en octobre, un compte Instagram à la gloire de la jeunesse dorée de Téhéran avait été temporairement fermé par ses auteurs après avoir provoqué l’indignation en Iran. La situation se tend peu à peu.

  7. Cette interdiction de l’état iranien peut cependant être contournée en faisant croire au réseau que son ordinateur ne se connecte pas d’Iran, mais depuis un autre pays. Il s’agit d’une procédure assez simple à mettre en place, en installant sur son ordinateur un VPN, un réseau privé virtuel qui permet de crypter les données.

  8. Le VPN offre aux iraniens cette liberté relative et cela leur suffit amplement. Sans oublier que le régime iranien bloque massivement TOR et il est capable de détecter son utilisation à la volée. Mais les développeurs de TOR proposent déjà des contre-mesures qui fait passer TOR pour un logiciel quelconque tel que Skype ou un logiciel sur un protocole commun.
    La popularité des VPN en Iran montre que la censure gouvernement n’a jamais fonctionné quoiqu’ils puissent dire ou quelques soit les menaces du régime.C’est sûr qu’on peut contourner la censure iranienne en quelques minutes avec les outils qu’il faut, sans trop de peine. Le gouvernement laisse aussi faire parce qu’il gagne de l’argent avec.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>